dimanche 23 novembre 2014

Refrain criminel, de Romain Besse

Fiche technique :
 
Auteur : Romain Besse
Titre : Refrain criminel
Editeur : Chemin vert éditions
Date de parution : Novembre 2014
 
 
Résumé éditeur :
 
Attiré par une mystérieuse lettre anonyme, Charles Bossu, détective parisien, rejoint l'île de la petite France, petite île tranquille qui devient peu à peu le théâtre d'une étrange affaire criminelle : Maxime Lenoir, propriétaire peu avenant d'un magasin de disques est retrouvé mort, assassiné. En guise de signature, le tueur a laissé derrière lui un quatrain, et une chanson qui tourne en boucle. Avec l'aide du commissaire Lafarge, l'enquêteur est bien décidé à mener pleinement l'enquête et à découvrir la vérité. Mais qui peut bien être le criminel ? et pourquoi signe-t-il ses crimes d'un quatrain et d'une chanson ?
 
 
Avis :
 
J'ai lu Refrain criminel dans le cadre d'un partenariat avec les éditions Chemin vert, que je remercie pour m'avoir permis de découvrir ce premier roman d'un tout jeune auteur.
 
Mon avis concernant ce roman policier est très mitigé. J'ai lu une version non corrigée, truffée de fautes de grammaire, d'accords et de ponctuation, une version où un gros travail de reformulation devrait être entrepris : vous vous en doutez, ma lecture a été quelque peu laborieuse ! Et donc, forcément, je n'ai pas pu m'immerger pleinement dans l'histoire. Mais cela n'explique pas tout...
Si l'intrigue est intéressante, j'ai trouvé qu'elle n'était correctement exploitée. Les personnages sont stéréotypés, mais leurs comportements ne sont pas très logiques : entre le célèbre commissaire incapable d'additionner deux et deux et le grand détective pétrifié d'effroi à la vue d'un homme étranglé (vu l'expérience dont il se vante tout le long du roman, on pourrait s'attendre à une toute autre réaction face à un cadavre somme toute assez "propre"), on se demande bien comment ils vont arriver à trouver le criminel. Sans compter les déductions un peu rapides, comme par exemple  déclarer que la première victime a été assassinée à l'extérieur et son corps transporté dans la salle sous prétexte que l'arme du crime n'a pas été retrouvée près du corps ; vu que la victime a été étranglée, il me semble quand même plus simple pour le tueur de repartir avec l'arme du crime (une cordelette ? un bout de tissu ?) que de transporter un cadavre...
Mais bon ce roman n'a pas que des points négatifs. Il m'a fait penser aux enquêtes d'Hercule Poirot dans son déroulement et j'ai été surprise par le dénouement : si j'avais bien compris le mobile, je n'avais néanmoins pas suspecté la bonne personne.
Un roman perfectible donc, qui cumule quelques erreurs de débutant, et qui s'adresserait selon moi plutôt à des lecteurs n'ayant pas trop l'habitude du genre policier... A tenter avec la version corrigée, qui ne saurait tarder.
 
 
Notation :
 
6/10.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire