samedi 20 décembre 2014

L'autoroute, de Luc Lang

Fiche technique :
 
Auteur : Luc Lang
Titre : L'autoroute
Editeur / Collection : Stock / La Bleue
Nombre de pages : 144
Date de parution : Août 2014
 
 
Résumé éditeur :
 
« C’est à l’instant précis où je me demandais s’il fallait encore attendre le dernier train d’Armentières ou chercher une chambre d’hôtel dans cette petite ville baignée d’une neige précoce, déjà grise et liquide, qu’elle m’aborda avec son compagnon. »
 
Elle c’est Thérèse, lui c’est Lucien, un couple que la vie n’aurait pu réunir sans le décès d’une tante et l’héritage de sa propriété à la sortie d’Orchies, tout près de l’autoroute, au bord des champs. Fred, le narrateur, est un saisonnier, il passe ses nuits d’automne dans les plaines du Nord, au volant d’une arracheuse à déterrer des hectares de betteraves, et dans sa tête résonnent des mélodies de jazz qui lui donnent la certitude qu’un jour il sera un grand saxophoniste. Et le voici capturé par ce couple, englué dans leur vie en douce et ses secrets nocturnes, prisonnier de leur palais en ruine d’où il faudrait s’enfuir s’il n’était pas déjà sous l’hypnose de leur tentaculaire humanité...
 
 
Avis :
 
L’autoroute est un court roman, extrêmement dense, qui m’a alpaguée dès les premières pages et continue à vivre en moi alors que je l’ai terminé il y a plus d’une semaine. Le style de l’auteur est vraiment prenant, même si j’ai parfois regretté la longueur de certaines phrases dont j’ai dû recommencer la lecture, tant je me suis perdue dans les méandres de la ponctuation. Il nous entraîne, le temps d’une saison, à la suite de personnages attachants qui tentent de se construire une petite bulle de bonheur, où se mêlent amour de l’Homme et amour des hommes. Les images sont très belles, tantôt graves, dures et désespérées, tantôt joyeuses et optimistes. Un sentiment d’angoisse nous saisit dès le début du roman et s’intensifie tout au long de la lecture, pour s’achever lors d’un bouleversant final... Un roman donc qui m’a secouée, qui « prend aux trippes » (désolée pour l’expression) et ne laisse pas indifférent, et dont je vous recommande fortement la lecture...
 
 
Note :
 
8,5/10.



 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire