lundi 3 juin 2013

Histoires du bush, de Kenneth Cook

 
 

Fiche technique : 

Auteur : Kenneth Cook
Titre : Le koala tueur
Editeur / Collection : Autrement Littératures
Nombre de pages : 154
Date de parution : Février 2009
 
 
Résumé :
 
« Je n'aime pas les koalas. Ces sales bêtes, aussi hargneuses que stupides, n'ont pas un poil de gentillesse. Leur comportement social est effroyable - les mâles n'arrêtent pas de se tabasser ou de voler les femelles de leurs semblables. [...] Leur fourrure est infestée de vermine. Ils ronflent. Leur ressemblance avec les nounours est une vile supercherie. Il n'y a rien de bon chez eux. Sans parler du fait qu'un jour, un koala a essayé de me jouer un tour pendable. »
 
Avec ses redoutables crocodiles, ses excentriques mineurs d'opales, ses koalas féroces et ses cochons sauvages assoiffés de sang, l'impitoyable bush australien reste un territoire indompté. Et ce n'est pas Kenneth Cook qui aurait pu le soumettre !
Pour ce qui devait être l'un de ses plus grands succès de librairie, Cook a réuni peu avant sa disparition ces histoires courtes toutes plus hilarantes les unes que les autres, inspirées par ses tribulations à travers l'Australie. D'après lui, chacune de ces quinze rencontres avec la faune sauvage et ses frissons inattendus s'est déroulée comme il le raconte ici ; mais jamais il n'aurait osé les incorporer à ses romans tant elles paraissent incroyables. Et c'est précisément parce qu'elles sont tout à fait véridiques qu'il n'attendait pas qu'on le croie ! Dépaysement garanti, dans un grand éclat de rire.
 
  



Fiche technique : 

Auteur : Kenneth Cook
Titre : La vengeance du wombat
Editeur / Collection : Autrement Littératures
Nombre de pages : 160
Date de parution : Février 2010
 
 
Résumé :

« Wombats sur ma gauche, wombats sur ma droite : tous piétinaient et grognaient. Planté parmi eux au clair de lune, immense, le corps flasque et hardi, le filet dans une main, la seringue dans l'autre, j'attendais le wombat qui m'intéressait. [...] Avec l'aisance du geste entraîné, je lui lançai le filet sur le corps. Il le déchiqueta en moins de deux secondes. [...] Comment étais-je censé m'y prendre à partir de là ? »
 
Une rencontre dans un bar, quelques bières fraîches, et voilà Kenneth Cook, écrivain d'âge mûr « en léger surpoids », embarqué dans d'incroyables aventures où la faune humaine et animale du bush joue le premier rôle.
Kangourou suicidaire, koalas explosifs, wombats vindicatifs, aborigènes roublards finissent toujours par contrarier son penchant naturel pour le confort. Heureusement, car Cook en tire une brassée d'histoires plus vraies que nature, racontées avec un art consommé du gag.

 


 
Fiche technique : 

Auteur : Kenneth Cook
Titre : L'ivresse du kangourou
Editeur / Collection : Autrement Littératures
Nombre de pages : 212
Date de parution : Février 2012
 
 
Résumé :
 
« Il y eut une longue pause, durant laquelle Benny émit de petits bruits de bouche compatissants, et enfin le kangourou
ouvrit ses deux yeux injectés de sang. Je vous jure qu'à cet instant, il a grimacé... Puis il bondit soudain par-dessus la palissade et partit comme un bolide vers la brasserie. »
 
Que faire quand un kangourou prend accidentellement goût à la bière et se réveille furibard avec une grosse gueule de bois ?
Où fuir quand une autruche, à laquelle vous avez imprudemment volé son œuf pour la science, vous poursuit pour vous étrier ?
Kenneth Cook revient au mieux de sa forme avec quatorze nouvelles mésaventures aussi hilarantes qu’absurdes. C’est à se demander ce que ces créatures du bush ont après lui ! 
 
 
  
 

Critique :
 
De ses tribulations australiennes, Kenneth Cook (1929-1987) a tiré ces trois recueils de nouvelles plébiscités par le public. En lisant ces nouvelles, le dépaysement est complet. On se retrouve dans l'outback australien, aux prises avec des chercheurs d'opales fortement alcoolisés, des aborigènes rusés, des aventuriers fiers de leurs plans foireux ... Il y a également toute une faune sauvage extrêmement variée qui, de la petite souris au gigantesque crocodile, semble toujours vouloir s'en prendre à l'auteur. 
Ces nouvelles sont hilarantes, mes préférées étant celles qui concernent la faune sauvage. Comme l'affirme Kenneth Cook, « Ma phobie de tous les animaux australiens découle sans doute des démêlés que j’ai eus dans mon enfance avec un kangourou alcoolique. » Le ton est donné ...
   
 
Notation : 

8/10 pour ces trois recueils, avec mentions spéciales pour les nouvelles "Le koala tueur" et "N'essayez jamais d'aider un kangourou".


 
  

Aucun commentaire:

Publier un commentaire