dimanche 27 août 2017

Le fantôme des Terreaux, de Jacques Morize

Fiche technique :

Auteur : Jacques Morize
Titre : Le fantôme des Terreaux
Série / Volume : Commissaire Séverac, volume 3
Editeur : Editions AO - André Odemard
Nombre de pages : 256
Date de parution : Novembre 2014


Quatrième de couverture :

Quatre toiles prestigieuses prêtées au musée des Beaux-Arts de Lyon sont dérobées par un “fantôme”, en pleine nuit, sans déclencher les alarmes ni alerter les vigiles. L’enquête est confiée au patron de la brigade criminelle, le commissaire Abel Séverac.
La traque du suspect sera jalonnée de surprises, affaires connexes et fausses pistes. S'il compte sur sa fidèle équipe, les trois “bras cassés”, Annie la lieutenante, Nicolas, dit Le Hérisson, le commissaire doit cependant composer avec son supérieur, Duroc-Mallet, et la juge Malardin…
Il n’en oublie pas son fiston, Paul, venu étudier à Lyon, avec qui il partage son penchant immodéré pour les bonnes choses de la vie.


Avis :

Le fantôme des Terreaux est le troisième opus des enquêtes du commissaire Séverac, mais le premier que je lis. En général je n'apprécie pas de prendre une série en cours de route car j'aime bien voir l'évolution des personnages récurrents, mais là cela ne m'a pas posé problème : l'auteur nous donne toutes les clés pour comprendre le parcours des principaux acteurs du roman, il n'y a aucun sous-entendu frustrant.
Le commissaire Abel Séverac est un quadra bon vivant, misogyne (parfois) et dragueur (souvent). Enquêter sur un vol de tableaux accompagné de meurtres ne l'empêche pas de faire le tour des bonnes adresses lyonnaises !  Bons plats et alcools de choix aident le corps et l'esprit à fonctionner correctement, du moins en ce qui le concerne... L'enquête est sensible, les suspects sont nombreux et les fausses pistes abondent. Loin de se laisser décourager le commissaire Séverac explore toutes les possibilités, sans pour autant mettre sa vie personnelle de côté.
 
Nous ne sommes pas ici dans un polar violent ou un thriller psychologique, mais dans un roman policier classique, avec une ambiance à la Simenon. Les truands sont attirés par l'appât du gain ou guidés par leurs bas instincts, leurs motivations sont plutôt limpides. L'enquête bien ficelée et néanmoins tortueuse recèle assez de surprises pour que le lecteur ne s'ennuie pas. Je me suis bien amusée à traquer les coupables même si au final j'étais assez loin de la vérité. La plume de Jacques Morize est fluide et agréable à lire, avec une touche d'humour noir et de parler populaire qui nous plonge au cœur du roman. J'ai beaucoup aimé le fait que l'intrigue se déroule à Lyon et dans la région, je connaissais les lieux décrits pour la plupart et je trouvais amusant d'imaginer le commissaire Abel déambuler dans ce décor familier. Les personnages sont plutôt sympathiques, mais sans être attachants pour autant. Je les retrouverais cependant avec plaisir dans leurs nouvelles aventures.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire