lundi 20 mars 2017

Trafiquants d'âmes, de Michel Lamart

Fiche technique :

Auteur : Michel Lamart
Titre : Trafiquants d'âmes
Editeur / Collection : Lune écarlate / Lune étoilée
Nombre de pages : 196
Date de parution : Novembre 2016


Présentation éditeur :

Michel Lamart est né en 1949, mais sa principale caractéristique est d’être un touche à tout (critique, nouvelliste, poète, parolier, auteur dramatique) qui se reconnaît en matière de Science Fiction deux maîtres, et pas des moindres : Daniel Walther et le regretté Alain Dorémieux.
Il met ici deux mondes en opposition : celui des individus qui se veulent libres et celui des masses, des foules dévoreuses et violentes menées par des puissants peu scrupuleux. Ces derniers sont prêts à tout pour conserver le pouvoir et leur mainmise sur les personnes. Les autres n’ont pour seules armes que leur vision du monde et une solidarité naissante du côté des obscurs, des sans grades.
Et, bien sûr, la victoire est dans le camp de ceux qui savent, qui ont la capacité de prendre en compte les exigences du monde réel et les conséquences de leurs actes.
La réalité ? Une réalité ? Mais laquelle ?
Celle de Rom, de Monk, de Starre, des Errants, de Neal d’Ève, des Bulliens, de Brüss ? La nôtre ? Ou simplement celle d’un monde inventé par un auteur qui se soucie peu des modes ?
Les réalités inventées ne sont jamais calmes et sereines. Elles grouillent de vie et d’événements subis et/ou maîtrisés par les personnages.
La réalité des Trafiquants d’Âmes est, bien entendu, celle de la lutte pour se maintenir au pouvoir, mais peut-être encore bien davantage celle de se découvrir et passer outre ses limites.


Avis :

J'ai lu Trafiquants d'âmes de Michel Lamart dans le cadre d'un partenariat avec les éditions Lune écarlate qui lancent une nouvelle collection dédiée à l'anticipation et la science-fiction : Lune étoilée.
 
Plus de deux semaines après avoir terminé Trafiquants d'âmes, je ne sais toujours pas si j'ai aimé ou non ce roman. J'y pense souvent, preuve qu'il a eu un impact sur moi, mais je n'arrive pas à me décider... Alors, bon ou mauvais ? Il y a du positif, mais également plusieurs points négatifs, du moins en ce qui me concerne.
Commençons par le positif, c'est quand même le plus important. L'intrigue est ce qui m'a le plus plu dans ce roman. Elle se déroule dans un monde post apocalyptique où la population vit dans des bulles, sous une double dictature religieuse et commerciale. Le monde extérieur est devenu inhabitable, les gêneurs et repris de justice y sont bannis dans l'indifférence générale. Michel Lamart nous entraine dans les pas de plusieurs personnages qui vont prendre conscience du monde dans lequel ils vivent et vont tenter de le faire évoluer... Je n'en dirais pas plus pour ne rien dévoiler d'important, sachez simplement que l'intrigue est complexe, cela semble partir dans tous les sens mais le final stupéfiant va remettre toutes les pièces du puzzle en place. Il y a beaucoup d'action, des retournements de situation, un peu de suspense également, bref ça bouge pas mal. Il y a également une réflexion sous-jacente sur l'accès à la liberté par la connaissance, l'abrutissement des masses et la mainmise des puissants sur les populations dociles.
Concernant les points négatifs, ce qui m'a gêné dans cette lecture, il y a tout d'abord le style de l'auteur. Je n'ai pas du tout adhéré à sa plume, ni à sa façon de présenter les faits, sans explications (elles viennent bien souvent plus tard dans le texte) ni transitions (je me suis souvent demandée qui faisait quoi car les changements de personnages ne sont pas toujours transparents, alors qu'il aurait parfois suffit d'un changement de paragraphe pour clarifier le texte). Les personnages principaux sont nombreux et plutôt variés dans leurs caractères, mais je n'ai pas du tout accroché, je les ai observés de loin sans m'investir dans leurs aventures. C'est dommage car l'empathie (ou au minimum l'intérêt) pour les personnages joue beaucoup dans mon impression de lecture. Le dernier point qui m'a posé problème est la gestion du temps de l'histoire : les évènements se succèdent très rapidement, mais pas de manière réaliste. Par exemple une croisade est décidée, et on a l'impression que 10 minutes après l'annonce des milliers de personnes combattent à plusieurs centaines de kilomètres du point de départ. A côté de cela, un véhicule embourbé mettra un long moment (plusieurs jours ? semaines ?) pour être dégagé et rejoindre le début du combat... J'ai trouvé cela assez déstabilisant de ne pas pouvoir faire une chronologie réaliste, même sommaire, des faits principaux.
 
Pour conclure, Trafiquants d'âmes possède une intrigue déroutante et complexe qui mérite d'être découverte. Je n'ai pas été séduite par le style de Michel Lamart, mais je ne doute pas qu'il puisse faire mouche auprès d'autres lecteurs.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire