mercredi 14 décembre 2016

Le sang des sirènes, de Thierry Poncet

Fiche technique :
 
Auteur : Thierry Poncet
Titre : Le sang des sirènes
Série / Volume : Haig, volume 3
Editeur / Collection : Taurnada éditions / Aventures
Nombre de pages : 174
Date de parution : Octobre 2016
 
 
Quatrième de couverture :
 
Je ne suis guère qu'un gosse parti pour l'aventure.
Quand les douaniers marocains me laissent franchir leur barrière, je me dis que j'ai du bol.
Quand le salopard en cavale monte à mon bord, je crois lui offrir sa chance.
Quand la ferme isolée apparaît dans nos phares, je pense que la bonne fortune nous a trouvé un refuge.
Je me trompe sur toute la ligne.
Un gamin, c'est fait pour se gourer.
Et apprendre...
 
 
Avis :
 
Troisième volume des aventures de Haig, Le sang des sirènes est en fait sa première expérience d'aventurier, quand il débarque seul au Maroc à l'âge de 16 ans (et demi, il y tient !). Ce roman peut se lire indépendamment des autres volumes de la série, comme les deux autres titres d'ailleurs (Le Secret des Monts Rouges  et Les Guerriers perdus). Et comme les deux autres titres, j'ai vraiment beaucoup aimé cette lecture, certes moins dépaysante, mais tout aussi passionnante.

Le sang des sirènes s'apparente plus selon moi à un huis-clos éprouvant qu'à un roman d'aventures, bien qu'il tienne lieu de rite de passage pour Haig. Entre mauvaises rencontres, violence omniprésente, espoirs et désillusions, le passage à l'âge adulte se fera dans la douleur pour notre jeune héros. Cloîtré dans une misérable ferme isolée de tout, entre une famille mutique et étrange (une veuve, sa jeune - et sublime - fille et son fils taciturne) et un compagnon de route aussi imprévisible que dangereux, Haig doit composer sans cesse avec les uns et les autres pour espérer s'en sortir sans dommages.
J'ai aimé retrouver Haig, découvrir enfin son passé et notamment son enfance, voir comment tout a commencé... si vous n'avez pas lu les autres romans qui lui sont consacrés pas de soucis, à mon avis vous tomberez sous son charme canaille assez rapidement, d'autant plus que son jeune âge lui donne une certaine fragilité qui ne peut que le rendre sympathique.
L'atmosphère oppressante du huis-clos est très bien rendue, j'en ai eu des frissons tout au long de la lecture. Quant au style de l'auteur, c'est un mélange harmonieux d'action, d'humour décalé et de découvertes. Les chapitres sont courts, les phrases claquent, parfois réduites à un seul mot, le rythme de lecture est rapide car les évènements s'enchainent sans temps morts. Une lecture détente parfaite pour voyager et frissonner sans prise de tête !

Et maintenant, je laisse les derniers mots à un Haig changé par ce rite initiatique, un Haig que l'on retrouvera bientôt (je l'espère !) dans sa quatrième aventure : L'île coupée du monde :
Désormais, je serai de ces hommes qui bâtissent des royaumes et se font botter le cul, mènent des révolutions et sont jetés en geôle, forcent les putains et savent se mourir d'amour, jouissent à en hurler de leurs victoires et se délectent de l'amertume de leurs échecs.
Je serai de ces hommes qui arpentent la terre, libres et vivants.



 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire