mercredi 28 septembre 2016

Mercredi, c'est citation : Shibumi, de Trevanian




Chaque culture a ses forces et ses faiblesses. On ne peut les mesurer les unes aux autres. Le seul jugement que l'on puisse porter est qu'un mélange de cultures donne toujours un assemblage de ce qu'il y a de pire dans chacune d'elle. Le mauvais chez l'homme ou dans une culture, c'est l'essence animale, brutale. Le bon, c'est l'acquis précaire de la civilisation. Et quand les cultures s'entrecroisent, les éléments de base dominent inévitablement.



Un homme n'est vraiment heureux que lorsqu'il trouve l'équilibre entre ce qu'il désire et ce qu'il possède. Comment trouve-t-on cet équilibre ? L'une des solutions serait d'accroître ses propres biens au niveau de ses appétits, mais ce serait stupide. Cela signifierait l'accomplissement de choses peu naturelles - négocier, marchander, travailler. Alors ? Alors, le sage atteint l'équilibre en réduisant ses besoins au niveau de ses possessions. Et c'est encore plus facile si l'on sait apprécier à sa juste valeur ce que la vie vous donne gratuitement : les montagnes, la gaieté, la poésie, le vin offert par un ami, les femmes un peu moins jeunes, un peu moins minces. Pour ma part, je suis parfaitement heureux avec ce que je possède. L'essentiel est que j'en aie suffisamment !
 
 
 
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire