dimanche 16 août 2015

Mort en terre étrangère, de Donna Leon

Fiche technique :

Auteur : Donna Leon
Traducteur : William Olivier Desmond
Titre : Mort en terre étrangère
Série / Volume : Commissaire Brunetti volume 2
Editeur / Collection : Points / Policier
Nombre de pages : 310
Date de parution : Octobre 1998


Résumé éditeur :

Aucun rapport, à priori, entre un cambriolage dans un palais de Venise et le cadavre d'un jeune militaire américain retrouvé dans les eaux saumâtres d'un canal. Et pourtant le perspicace commissaire Brunetti est persuadé du contraire, et il entend bien le prouver. Mais très vite, entre la police militaire de la base américaine de Vicence, les pressions de son entourage immédiat, la mafia et la protection de l'environnement, l'affaire se complique...


Avis :

Bien loin de l'image habituelle (on pourrait même dire du cliché) que l'on peut avoir du flic, divorcé et alcoolique, tourmenté par ses démons intérieurs, le commissaire Guido Brunetti est un mari et un père de famille à la vie tout ce qu'il y a de plus banale : il rentre déjeuner chez lui à midi, il a du mal à comprendre son fils adolescent, il s'intéresse au problème d'équilibrage du tambour de la machine à laver... Au travail, il passe plus de temps à remplir de la paperasse qu'à poursuivre des criminels. S'il n'avait un supérieur incompétent, plus préoccupé par l'accroissement de son carnet d'adresses que par la recherche de la vérité, Guido Brunetti serait un commissaire heureux. En effet, dans une Italie gangrénée par la mafia et la corruption politique, Venise fait figure d'exception car les crimes y sont plutôt rares.
C'est avec beaucoup de plaisir que j'ai découvert les enquêtes de ce policier intègre et désabusé. L'intrigue, plus complexe qu'il n'y parait à première vue, est bien menée et les rebondissements sont nombreux. Il n'y a ni courses poursuites ni de fusillades, le rythme de l'enquête est assez lent, mais parfois cela fait du bien de lire un roman qui prend le temps de bien poser les choses. J'ai bien aimé la découverte de Venise de l'intérieur, sans concessions, bien loin des circuits touristiques et de l'image idéalisée que l'on peut en avoir. La description de la vie quotidienne sur la base militaire américaine et les problèmes engendrés par cette "occupation" sont très intéressants et ajoutent un côté réaliste au roman. Ajoutez à cela des personnages sympathiques et attachants, que l'on a envie de suivre au quotidien, et vous obtiendrez un très bon roman policier, agréable à lire. Une chose est sûre, je lirai les autres volumes de la série (il y en a plus d'une vingtaine publiés actuellement) avec beaucoup d'intérêt.
 
 
Notation :

8/10.
 
 
 
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire