mercredi 26 août 2015

La maladroite, d'Alexandre Seurat

Fiche technique :

Auteur : Alexandre Seurat
Titre : La maladroite
Editeur / Collection : Editions du Rouergue / La brune
Nombre de pages : 112
Date de parution : Août 2015


Présentation éditeur :

Tout commence par un avis de recherche, diffusé à la suite de la disparition d'une enfant de 8 ans. La photo est un choc pour une institutrice qui a bien connu cette gamine. Pour elle, pas de doute : cette Diana n'a pas été enlevée, elle est déjà morte, et ses parents sont coupables. Remontant le temps, le roman égrène les témoignages de ceux l'ayant côtoyée, enseignants, grand-mère et tante, médecins, assistants sociaux, gendarmes...
Témoins impuissants de la descente aux enfers d'une enfant martyrisée par ses parents qui, malgré les incitations à parler de plusieurs adultes, refusera de les dénoncer. Ce roman est inspiré par un fait divers récent largement médiatisé car, en dépit de plusieurs signalements, l'enfant n'avait jamais bénéficié de protection. Loin de tout sensationnalisme, l'auteur rend sa dimension tragique à ce drame de la maltraitance.


Avis :
« Quand j’ai vu l’avis de recherche, j’ai su qu’il était trop tard. Ce visage gonflé, je l’aurais reconnu même sans son nom – ces yeux plissés, et ce sourire étrange – visage fatigué, qui essayait de dire que tout va bien, quand il allait de soi que tout n’allait pas bien, visage me regardant sans animosité, mais sans espoir, retranché dans un lieu inaccessible, un regard qui disait, Tu ne pourras rien, et ce jour-là j’ai su que je n’avais rien pu... »
Dès les premières lignes, j'ai été happée par ce roman, très court, mais d'une intensité sans pareille. Construit comme une succession de témoignages, La maladroite donne la parole à ceux qui ont connu la petite Diana, famille, corps enseignant, gendarmes ou médecins, ceux qui ont voulu l'aider mais également ceux qui l'ont martyrisée pendant des années. Aux témoignages forts, émouvants et révoltants des témoins impuissants succèdent les affirmations, glaçantes, du père et de la mère qui jamais ne vont avouer avoir maltraité leur enfant. Un roman bouleversant sur une enfance qu'on assassine, loin de tout voyeurisme (au final on saura très peu de choses sur ce qui se passe réellement dans la famille de Diana). Un roman simple mais d'une grande efficacité, qui va me hanter encore longtemps...
 
 
Notation :

9/10.
 
 
 
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire