lundi 30 mars 2015

Quais du polar 2015, jour 3 : dimanche 29 mars 2015

Après un samedi noir de monde, la journée de dimanche parait bien calme. Il faut encore faire la queue, notamment pour les conférences, mais cela reste raisonnable. Quelques auteurs sont partis avant l'heure, et beaucoup d'autres accusent des signes de fatigues évidents. Ils restent malgré tout disponibles et souriants pour les lecteurs, de vrais professionnels !


Palais du commerce : la grande librairie


La fatigue du festival se faisant sentir pour moi aussi, j'y suis allée doucement pour cette dernière journée. J'ai assisté à une conférence, faite quelques dédicaces, et je suis rentrée tôt. A cause de la pluie qui a fait son apparition en début d'après-midi, je n'ai pas pu aller rencontrer les auteurs "locaux" à l'Hôtel de ville ; c'est dommage car je tenais à voir Gilles Caillot et Gérard Coquet... ce sera pour une prochaine fois.


La conférence :
 
70 ans après, le polar et la seconde guerre mondiale - Avec Elsa Marpeau / Sophie Loubière / Christian Roux : 
En cette année commémorative, Quais du Polar a choisi d’évoquer lui aussi ce thème si présent dans le polar : la guerre de 1939-45. Sous le prisme du silence familial, du témoignage, du sort des femmes, ou encore par le biais du lyrisme musical.

Sophie Loubière - Christian Roux - Elsa Marpeau
Epuration, tondues, musique et musiciens juifs éradiqués, bataillon SS composé de jeunes musulmans des Balkans... les thèmes abordés, réels mais souvent méconnus, ont été abordés par les trois auteurs présents avec beaucoup de respect et de délicatesse. J'ai trouvé la conférence passionnante, et bien souvent émouvante.
 
 
Les rencontres / dédicaces :

J'ai eu la chance de tomber sur un creux, Leonardo Padura était présent, souriant et disponible, j'aurai eu le temps de discuter avec lui, et là je me suis maudite de ne pas parler un mot d'espagnol... et ce n'est pas mon anglais limité qui allait m'aider, surtout que je n'avais rien préparé à l'avance.






Tom Rob Smith est charmant, mais pas très bavard. Il n'y avait pourtant pas foule à son stand... En tout cas je lui ai fait dédicacer La ferme, que j'avais trouvé quasi neuf chez Emmaüs il y a deux semaines.







Comme il me restait encore un peu d'argent dans mon budget Quais du Polar, j'ai craqué pour Les temps sauvages de Ian Manook. Le roman dédicacé par Ian, tamponné par Mme Manook, je suis partie avec une superbe photo prise avec l'auteur.







Depuis vendredi, je tenais absolument à rencontrer Elizabeth George car c'est grâce à elle que j'ai découvert et aimé les romans policiers il y a plus de 20 ans déjà. C'est enfin chose faite. Je me suis mise en début de file d'attente avec une heure d'avance pour être sûre de ne pas la rater cette fois-ci, et je ne regrette rien : nous avons pu échanger quelques mots, toujours avec mon anglais niveau collège (mais bon elle a compris ce que je voulais lui dire et j'ai compris ses réponses, c'est le principal), et je suis repartie avec ma dédicace et une photo souvenir.

 
Au détour de la grande librairie, j'ai également croisé R.J. Ellory venu faire un petit coucou surprise et quelques dédicaces non prévues. Vu que j'avais dépensé mes derniers sous, je ne me suis pas trop approchée pour résister à la tentation.




Au premier étage du Palais du commerce se trouvait la librairie enfants, avec en invité spécial Géronimo Stilton. Les p'tits bouts avaient les yeux grands comme des soucoupes, c'était trop mignon !










 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire