samedi 7 mars 2015

Petit compte-rendu de la 29ème fête du livre de Bron

Vendredi 6 et samedi 7 mars 2015, je me suis élancée à Bron, direction la fête du livre ! Il y a eu cette année, d'après les organisateurs, plus de 35000 visiteurs sur 3 jours. Une affluence un peu moindre que lors de l'édition précédente, mais il y avait suffisamment de monde pour que la grande librairie et la plupart des conférences soient prises d'assaut. 
Mon avis sur cette manifestation est, comme c'était déjà le cas l'année dernière, plutôt mitigé. J'ai adoré les conférences, passionnantes et de qualité, ainsi que la disponibilité des libraires, et j'ai bien aimé les animations présentes tout au long du week-end. Par contre je déplore à nouveau l'absence remarquée des auteurs : on peut les écouter lors des conférences et autres entretiens, s'en suit une courte séance de dédicaces, et puis c'est fini... Impossible de discuter avec un auteur que l'on ne connaît pas pour découvrir son œuvre, c'est vraiment dommage. Résultat je n'ai rien acheté à la librairie, j'ai juste pris des références pour de futures lectures….
 
 
Les entretiens / débats auxquels j'ai pu assister :

Patrick Deville, José Manuel Fajado et Roberto Ferruci : Un auteur, ses traducteurs
Une plongée dans les mécanismes de la traduction littéraire qui pose la question de la fidélité, de la liberté, de la collaboration entre un auteur et ses traducteurs, mais aussi de la transposition, vers une autre langue, d'un style, d'un univers ou d'un système de références propres à chaque œuvre...

José Manuel Fajardo - Patrick Deville - Roberto Ferrucci
 
 
Jérôme Ferrari et Laurent Mauvignier : Une place dans le monde
Deux écrivains qui construisent des œuvres majeures, à la frontière du réel et du mythe, à la fois ancrées dans le présent et tendues vers l'universel.
 
 Laurent Mauvignier - Jérôme Ferrari

 
Silvia Avallone et Simonetta Greggio : L'Italie, un nouveau monstre ?
Les deux auteurs interrogent l'Italie contemporaine au bord du gouffre, ainsi que les failles et les doutes d'une génération gagnée par le malaise du pouvoir corrompu.
 
 
Silvia Avallone
 
Simonetta Greggio
 
 
Philippe Bollondi et Patrice Pluyette : L'art du contre-pied
Deux écrivains dont les livres sont à la fois des terrains de connaissance et des terrains de jeux, animés par un puissant souffle romanesque et une grand e audace dans la langue.
 
Patrice Pluyette - Philippe Bollondi



Aucun commentaire:

Publier un commentaire