mercredi 28 janvier 2015

Trois petits singes, d'Emilio Van der Zuiden

Fiche technique :
 
Auteur : Emilio Van der Zuiden
Titre : Trois petits singes
Série / Volume : McQueen volume 1
Editeur : Paquet
Nombre de pages : 48
Date de parution : Septembre 2014
 
 
Quatrième de couverture :
 
New York, 1967. McQueen, un détective privé aux méthodes douteuses, n'a pas son pareil pour attirer les coups et les femmes fatales. Le colonel de Crécy l'engage pour retrouver sa nièce, Millie, et son secrétaire particulier, François Bonnard. Les deux jeunes gens ont disparu en emportant une statuette d'une valeur inestimable. McQueen, obsédé par une autre affaire, envoie son associé, Pépé Fregasol, enquêter. Mais la police ne tarde pas à lui apprendre que Fregasol et Bonnard ont été retrouvés assassinés dans un hôtel de Chinatown...
 
 
Avis :
 
J'ai lu Trois petits singes dans le cadre de l'opération Masse critique de Babelio ; je remercie Babelio ainsi que les éditions Paquet, pour m'avoir permis de découvrir cette très intéressante bande dessinée.
 
Voici une BD qui pourrait parfaitement illustrer le style "hard boiled", l'un des genres du polar. On y retrouve un enquêteur solitaire et violent, qui noie son mal-être dans l'alcool et les médicaments, quelques femmes fatales, bien pourvues et court vêtues, une histoire de vol et de disparition, et beaucoup d'action : ça se castagne et ça se tire dessus à tout va !
J'ai bien aimé cette idée de détective traumatisé par une ancienne affaire (il consulte une psy à cause de cela), qui se perçoit comme une brute, un monstre, et que l'on verra toujours sous la forme d'un grand singe bleu (il est d'ailleurs surnommé "Le macaque"), sauf une fois, où sa véritable apparence apparaitra au détour d'un miroir. L'intrigue est touffue, l'action omniprésente et les dialogues nombreux. Le découpage est plutôt original ; l'histoire est divisée en courts chapitres, certaines planches échappent au classique découpage en vignettes, mais ce qui m'a le plus frappé, ce sont les bordures noires des planches, qui nous plongent tout de suite dans une ambiance sombre, et la différence entre les bulles de McQueen (noires) et des autres personnages (blanches). Ajoutez à cela de très beaux dessins (je pense qu'ils plairont tout particulièrement à la gente masculine !) et vous obtiendrez un très bel album. Vivement la suite !

 
Notation :
 
8,5/10.
 
 
Voici deux planches extraites de la BD pour vous faire une petite idée du style de l'auteur :




Aucun commentaire:

Publier un commentaire