jeudi 8 janvier 2015

L'incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage, d'Haruki Murakami

Fiche technique :

Auteur : Haruki Murakami
Titre : L'incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage
Editeur / Collection : Belfond / Littérature étrangère
Nombre de pages : 384
Date de parution : Septembre 2014


Résumé éditeur :
 
Depuis le mois de juillet de sa deuxième année d'université jusqu'au mois de janvier de l'année suivante, Tsukuru Tazaki vécut en pensant presque exclusivement à la mort.
À Nagoya, ils étaient cinq amis inséparables. L'un, Akamatsu, était surnommé Rouge ; Ômi était Bleu ; Shirane était Blanche et Kurono, Noire. Tsukuru Tazaki, lui, était sans couleur.
Tsukuru est parti à Tokyo pour ses études ; les autres sont restés.
Un jour, ils lui ont signifié qu'ils ne voulaient plus jamais le voir. Sans aucune explication. Lui-même n'en a pas cherché.
Pendant seize ans, Tsukuru a vécu comme Jonas dans le ventre de la baleine, comme un mort qui n'aurait pas encore compris qu'il était mort.
Il est devenu architecte, il dessine des gares.
Et puis Sara est entrée dans sa vie. Tsukuru l'intrigue mais elle le sent hors d'atteinte, comme séparé du monde par une frontière invisible.
Vivre sans amour n'est pas vivre. Alors, Tsukuru Tazaki va entamer son pèlerinage. À Nagoya. Et en Finlande. Pour confronter le passé et tenter de comprendre ce qui a brisé le cercle.


Avis :
 
L'incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage est le quatrième livre d'Haruki Murakami que je lis, et c'est celui qui m'a le plus touchée. Il contient tout ce que j'aime : du mystère, une touche de fantastique, des personnages attachants voir même attendrissants, un récit intelligent... La lecture du roman est très agréable, le style de l'auteur est fluide et tout se déroule en délicatesse, avec même une certaine lenteur pour le début. C'est avec beaucoup de plaisir et d'empathie que j'ai suivi la quête de Tsukuru qui affronte un passé douloureux fait de rejet et de solitude, et qui découvre peu à peu qu'on ne peut vivre pleinement sans amour. La fin est ouverte, deux possibilités existent, chacun peut donc imaginer l'issue qu'il souhaite ; qu'importe le choix final, la quête de Tsukuru n'aura pas été vaine, que ce soit pour lui ou pour le lecteur...

 
Notation :
 
8,5/10.




6 commentaires:

  1. Je tourne bêtement autour de ce livre, alors que j'adore Murakami, et tu es convaincante :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci :-) N'hésite pas plus longtemps, c'est vraiment un très bon roman.

      Supprimer
  2. Je n'ai pas été convaincue par ce titre, je suis pourtant fan de l'auteur , mais j'ai trouvé celui la très plat :( je n'arrive d'ailleurs même pas en écrire un chronique !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai également mis du temps pour arriver à écrire ma petite chronique ;-)
      A mon avis, tout est affaire d'empathie dans ce titre. Ayant personnellement vécu (dans une moindre mesure) ce qu'a vécu Tsukuru, ce roman m'a beaucoup touchée...

      Supprimer
  3. Ta chronique est très intéressante ! J'ai adoré ce livre et j'ai découvert ce merveilleux auteur ! Moi aussi j'ai fais une chronique (https://journalacoeurouvert.blogspot.fr/2016/04/lincolore-tsukuru-tazaki-et-ses-annees.html)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Mélanie :-) J'ai lu ce roman il y a plus d'un an et j'en garde encore un très bon souvenir, preuve qu'il m'a vraiment marquée !

      Supprimer