samedi 6 juin 2015

Dernier jour sur Terre, de David Vann

Fiche technique :

Auteur : David Vann
Traducteur : Laura Derajinski
Titre : Dernier jour sur Terre
Editeur / Collection : Gallmeister / Totem
Nombre de pages : 256
Date de parution : Septembre 2014


Quatrième de couverture :

14 février 2008. Steve Kazmierczak, 27 ans, se rend armé à son université. Entre 15h04 et 15h07, il tue cinq personnes et en blesse dix-huit avant de se donner la mort. À 13 ans, David Vann reçoit en héritage les armes de son père, qui vient de mettre fin à ses jours. Quel itinéraire a suivi le premier avant de se faire l’auteur de ce massacre ? Quel parcours le second devra-t-il emprunter pour se libérer de cet héritage ? L’écrivain retrace ici l’histoire de Kazmierczak, paria solitaire, comme tant d’autres. Comme lui par exemple qui, enfant, se consolait en imaginant supprimer ses voisins au Magnum.
Dans une mise en regard fascinante, l’auteur plonge dans la vie d’un tueur pour éclairer son propre passé, illuminant les coins obscurs de cette Amérique où l’on pallie ses faiblesses une arme à la main.


Avis :

Dernier jour sur Terre... ce titre de Marilyn Manson serait le dernier morceau écouté par Steve Kazmierczak sur le parking de la Northern Illinois University (NIU) juste avant de quitter sa voiture et de se rendre dans un amphithéâtre accomplir la terrible besogne qu'il avait si bien planifiée. Comment un jeune homme que tout le monde trouvait gentil et brillant a-t-il pu commettre un tel geste ? L'écrivain et journaliste David Vann a mené une longue enquête sur la tuerie de la NIU, interrogeant tour à tour victimes, professeurs et proches de Steve Kazmierczak, donnant à chacun la possibilité de donner sa version des faits et sa perception de la personnalité, oh combien complexe, du tueur.
« Acheter un Glock 19, quelques chargeurs supplémentaires, entrer dans une salle de classe et tirer sur les gens. Nous n’avons encore rien mis en place pour empêcher quelqu’un de commettre un tel acte. C’est un droit américain. »
L'enquête, qui se lit comme un roman, mêle témoignages, transcriptions diverses, souvenirs et réflexions de l'auteur. Mettant en parallèle le parcours de Steve Kazmierczak et le sien, David Vann tente de comprendre comment deux enfances assez semblables ont pu aboutir à deux adultes aussi différents. Problèmes psychologiques, sur-médication, exposition à la violence, fascination pour les armes, isolement et brimades, les débuts de Steve Kazmierczak dans la vie n'ont pas été faciles, mais ne peuvent expliquer seuls son geste. David Vann aborde alors le problème de la perte de sensibilité face à une violence banalisée, l'accès aux armes peu et/ou mal contrôlé, le manque de suivi médical, et compare le cheminement de Steve Kazmierczak  avec celui d'autres tueurs de masse ; quels sont leurs points communs ? leurs différences ? Comment éviter que ces drames se reproduisent ?
Si les réflexions de l'auteur sont intéressantes et posent de nombreuses questions, j'ai malgré tout trouvé que le texte présentait quelques longueurs et je n'ai pas forcément été convaincue par toutes les hypothèses formulées. L'ouvrage est néanmoins passionnant et glaçant, sa lecture m'a profondément ébranlée...
 
 
Notation :

7,5/10.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire