lundi 11 mai 2015

Un océan d'amour, de Lupano et Panaccione

Fiche technique :
 
Scénario : Wilfrid Lupano
Illustrations : Grégory Panaccione
Titre : Un océan d'amour
Editeur / Collection : Delcourt / Mirages
Nombre de pages : 224
Date de parution : Octobre 2014
 
 
Quatrième de couverture :
 
Ce livre ne contient que des idées pêchées au grand large par Wilfrid Lupano, selon des techniques artisanales respectueuses de l'environnement culturel, et mises en boîte à la sardinerie graphique Panaccione, Milan, Italie (Union européenne).
Ingrédients : océan (eau, sel, détritus), amour (eau de rose, baisers, mariage), sardines, mouettes, crêpes, homard, Bigoudènes endeuillées, sauce (aventure, suspenses, second degré, drame sentimental, rebondissements absurdes, gags désopilants), Che Guevara (0,5), arôme artificiel de Vierge Marie.
Garanti sans dauphins, sans textes ni onomatopées. Peut contenir des traces de pictogrammes.
A consommer de préférence avant que l'océan ne fasse plus rêver.
Valeurs nutritionnelles pour 100 grammes
Valeur énergétique : plein.
     Protéines (naufrages, tempêtes, action, poésie, voyages)........65g
     Glucides (paysages sublimes, mélodrames sirupeux)..............35g
     Lipides (humour gras, moralisme)...............................................0g
 
 
Avis :
 
Ce roman graphique, réalisé tout en délicatesse, est une petite merveille d'aventure et d'amour.
Alors qu'il pêchait près des côtes bretonnes, monsieur se fait happer par un navire usine et échappe de peu à la mort. Madame ne peut se résoudre à considérer comme décédé son mari disparu en mer et décide de partir à sa recherche. Arriveront-ils à se retrouver un jour, par delà le vaste océan ?
A travers la quête de nos deux héros, Un océan d'amour aborde de nombreux sujets avec délicatesse et une pointe d'humour : disparition de l'être aimé, poids des réseaux sociaux, star system, piraterie, mais aussi pêche intensive, vidanges de navires pétroliers, accumulation de déchets constituant un sixième continent... Les références à la pollution maritime et ses conséquences sont nombreuses et donnent à réfléchir, sans jamais porter de jugement, sur la place de l'homme dans le monde.
Cette bande dessinée a une particularité qui la démarque des autres : une absence totale de texte. Aucun dialogue, aucune description, pas d'onomatopées non plus, il n'y a que les illustrations pour nous faire avancer dans l'histoire. Et là, je dois dire que c'est une totale réussite ! Sans être magnifiques, les dessins sont suffisamment explicites pour que l'on comprenne l'intrigue et que l'on suive son déroulé sans problèmes. La mise en couleurs est superbe et rend parfaitement compte de l'ambiance de l'album. Transmettre autant d'émotions sans paroles, c'est du grand art. Ne passez surtout pas à côté !
 
 
Notation :
 
9/10.
 
 
Et voici quelques planches extraites du début de l'album pour découvrir le style si particulier d'Un océan d'amour.

 
 
 
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire