samedi 1 avril 2017

Une rencontre pétillante avec Lilja Sigurdardόttir

Lilja Sigurdardόttir (© Andrée la papivore)

Vendredi dernier (le 31 mars 2017), j'ai eu la chance de participer à une rencontre en petit comité organisée par le site lecteurs.com et les éditions Métailié dans le cadre du festival Quais du Polar. La star du jour ? Lilja Sigurdardόttir, une jeune auteure islandaise dont le roman, Piégée, vient de sortir en France.

Ce fut une rencontre très sympathique, Lilja Sigurdardόttir déborde d'énergie et nous a fait découvrir avec humour son pays, son parcours et ses romans.


Lilja Sigurdardόttir entourée de notre petit groupe (© lecteurs.com)
Son parcours :
 
Lilja Sigurdardόttir a fait des études de secrétariat (pratique selon elle pour saisir à toute vitesse) et des études sur la théorie de l'éducation. Elle a ensuite travaillé quelques années comme inspecteur de contrôle qualité dans des crèches et jardins d'enfants. Très créative, elle aime raconter des histoires. Après la publication de son premier roman et la rédaction de pièces de théâtre elle s'est rendue compte qu'elle aimait beaucoup écrire et a peu à peu arrêté de travailler pour se consacrer à sa passion.

Etre auteur en Islande :

Il n'y a que quatre femmes auteurs de polar en Islande. Ecrire des polars n'est pas considéré comme féminin, c'est assez mal vu dans son pays. Les critiques sont nombreuses, les femmes devraient se consacrer au tricot et à la poésie car elles n'y connaissent rien en crime (!!). Le fait d'avoir été traduite dans plusieurs langues et d'avoir vendu les droits télévisuels de son roman Piégée lui apportent une vraie reconnaissance, à l'étranger comme chez elle.
 
Ses influences littéraires :
 
Lilja Sigurdardόttir aime beaucoup Pierre Lemaitre, Fred Vargas (dont elle apprécie tout particulièrement les descriptions), Val McDermid et Arnaldur Indridason.
 
Ses romans :
 
Piégée est le premier tome d'une trilogie, Reykjavik noir. Le second volume de la trilogie est déjà paru en Islande, et le troisième tome est en cours d'écriture. Lilja Sigurdardόttir a auparavant écrit deux polars (pour l'instant non traduits en France) et plusieurs pièces de théâtre qui ont été primées dans son pays.
Lilja Sigurdardόttir écrit un livre par an (le seul moyen d'être prise au sérieux en tant qu'auteur de polar islandais). Son écriture est très visuelle, influencée par son expérience du théâtre et par les films et séries qu'elle a pu voir (elle aime beaucoup le cinéma et les séries nordiques). Elle fait énormément de recherches en amont de l'écriture et tente de suivre un plan précis, mais il arrive souvent que ses romans prennent une direction inattendue au moment de la rédaction. Il lui a également été reproché de ne pas être assez "nordique" dans l'écriture car ses héros ne sont pas assez dépressifs... Elle essaie de mettre une certaine beauté dans ses romans, de rendre attachants ses personnages qui, s'ils ont tous un côté mauvais, n'en restent pas moins extrêmement humains.
 
La situation en Islande :

 
L'Islande est un petit pays qui a connu dans les années 2010 un krach financier dévastateur, qui est encore d'actualité. S'ajoutent à cela deux éruptions volcaniques qui ont paralysé le pays (et une partie du trafic aérien mondial), une maladie qui a décimé les bancs de harengs, des manifestations importantes et un changement politique majeur... le pays a traversé une période vraiment noire. La consommation de drogue y est importante, sous forme de médicaments ou de cocaïne pour les plus aisés (le trafic entrant est conséquent), quelques serres produisent également de la marijuana locale. C'est sur cette base que s'est construire l'intrigue de la trilogie Reykjavik noir. 


BIBLIOGRAPHIE :

Sonja a été contrainte de devenir passeuse de cocaïne pour retrouver la garde de son petit garçon. Elle doit jouer au chat et à la souris avec des narcotrafiquants féroces, un ex-mari pervers, un avocat ambigu, une compagne envahissante.
Elle doit se montrer de plus en plus inventive, de plus en plus audacieuse. Elle doit sortir du piège dans lequel elle s’est laissé enfermer. Seule certitude, Tómas son petit garçon, lui, ne vit que pour ses week-ends auprès de sa si jolie maman.
Il y a aussi, à l’aéroport de Keflavík, Bragi, le vieux douanier, très intrigué par cette jeune femme élégante et décidée qui traverse régulièrement les salles d’embarquement.
Entre malversations et trafic de drogue, Piégée est un thriller original et brillant, mêlant une intrigue pleine de suspense, des personnages attachants et une description fantastique de la capitale de l’Islande pendant l’hiver 2010-2011, couverte de cendres et sous le choc du krach financier.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire