mardi 17 avril 2018

Ar-Men, l'enfer des enfers par Emmanuel Lepage (#1Blog1BD)

Fiche technique :

Auteur : Emmanuel Lepage
Titre : Ar-Men, l'enfer des enfers
Editeur : Futuropolis
Nombre de pages : 96
Date de parution : Novembre 2017


Présentation éditeur :

Au large de l’île de Sein, à la pointe Finistère, Ar-Men émerge des flots. Construit en 1867 on surnomme ce phare mythique « L’enfer des enfers ». Sa lumière veille les navires, et les protège des récifs menaçants. Les hommes se sont succédés pour l’entretenir, sentinelles d’une côte déchiquetée que les marins redoutent.
Germain, dans les années 1960, est l’un de ces gardiens téméraires et solitaires. Dans l’édifice isolé, contre vents et marées, il a trouvé son exacte place, emportant là ses blessures et son abandon d’une vie sur terre, avec les autres hommes.


Avis :

Quelle claque cette bande dessinée !! Je l'ai lue par curiosité, un peu par hasard, et je ne regrette absolument pas. J'ai adoré le thème et son traitement, mélange de fiction et de documentaire, c'est absolument passionnant et instructif.


Ar-Men, surnommé « L’enfer des enfers », est le phare le plus exposé et le plus difficile d'accès de Bretagne, c'est-à-dire du monde. Construit à la pointe ouest de la Bretagne, à l'extrémité de la chaussée de Sein, entre 1867 et 1881, il culmine à 33,50 m au dessus de la mer. Occupé par des gardiens qui se relayaient une fois à deux fois par mois, le phare a été automatisé en 1990.

En nous faisant suivre le quotidien de deux gardiens de phare dans les années 1960, Emmanuel Lepage nous plonge au cœur de la Bretagne. Il nous fait découvrir les légendes locales (en particulier Ys, la légendaire cité engloutie par la mer), la vie quotidienne des îliens et des marins au fil des époques, la beauté des lieux et les dangers de la mer. Plusieurs histoires s'entremêlent, et si j'ai été légèrement perdue pendant les premières pages de la lecture j'ai rapidement trouvé mes marques.
L'histoire des gardiens est émouvante, leur vie quotidienne à l'intérieur du phare est difficile et réglée comme du papier à musique. Isolés "au bout du monde", à la merci des éléments déchainés, ils ne peuvent bien souvent compter que sur eux-mêmes.
Quant à l'histoire de la construction du phare au XIXème siècle, elle est passionnante. Ce fut une entreprise folle, titanesque, un travail de fourmis dans un environnement plus qu'hostile et des conditions extrêmes. J'ai énormément appris pendant la lecture, et cela m'a donné envie d'en apprendre encore plus une fois la dernière page tournée.
 
Les illustrations collent parfaitement bien à l'histoire. Il n'y a pas beaucoup de petits détails, les traits ne sont pas nets, mais je trouve quand même les dessins magnifiques. Ils rendent parfaitement bien compte de la violence des éléments déchainés ou du calme de la mer au petit matin. La mise en couleurs est sublime, il y a un mélange de sépia, de noir et blanc, de couleurs pastels ou vives, presque criardes, suivant les époques ou les histoires racontées.  
 
Que vous soyez intéressés ou non par l'histoire maritime, ,je vous recommande chaudement cette bande dessinée qui saura vous emporter dans « L’enfer des enfers ». Un immense merci aux éditions Futuropolis ainsi qu'au groupe PriceMinister - Rakuten pour cette magnifique lecture faite dans le cadre de l'opération l'opération #1Blog1BD.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire