vendredi 19 mai 2017

14 juillet, par Eric Vuillard

Fiche technique :

Auteur : Eric Vuillard
Titre : 14 juillet
Editeur / Collection : Actes Sud / Un endroit où aller
Nombre de pages : 208
Date de parution : Août 2016


Quatrième de couverture :

Paris est désormais au peuple. Tout chaviré. Aiguisé. Se baignant aux fontaines. La nuit est tombée. De petits groupes marchent sur les barrières. Ce sont des bandes d’ouvriers, de menuisiers, de tailleurs, gens ordinaires, mais aussi des portefaix, des sans-emplois, des argotiers, sortis tout droit de leur échoppe ou du port au Bled. Et dans la nuit de la grande ville, il y eut alors une étincelle, cri de mica. L’octroi fut incendié. Puis un autre. Encore un autre. Les barrières brûlaient. Ce qui brûle projette sur ce qui nous entoure un je-ne-sais-quoi de fascinant. On danse autour du monde qui se renverse, le regard se perd dans le feu. Nous sommes de la paille.


Avis :

Un pays fortement endetté ; des politiques attentistes qui se suivent et se ressemblent, incapables de prendre la moindre décision ; des banquiers qui jouent en bourse ; des riches qui s'amusent et des pauvres qui survivent comme ils le peuvent ; le mépris ; le chômage ; les baisses de salaires pour rester concurrentiel à l'international....Et puis les grèves, les émeutes, les forces de l'ordre contraintes de tirer dans la foule... Bienvenue en 2017 ! Oups, je voulais dire en 1789 !
 
Dans ce roman d'une actualité déconcertante, Eric Vuillard revient sur les événements de juillet 1789, et plus précisément sur la journée du 14 juillet et la prise de la Bastille, vue du côté des pauvres et des sans-noms. Pas de personnage principal ici, mais une foule, dense et anonyme, armée d'un rien, de laquelle s'échappe de temps à autre un homme, le temps d'un bref coup d'éclat : des identités surgissent, un nom ou un pseudonyme accompagné parfois de descriptions physiques, de métiers ou de morceaux d'existence. Certains ont laissé des écrits de cette journée, mais la plupart ne sont rien de plus que des noms sur des rapports officiels ou des descriptions de corps retrouvés dans les rues...
 
Dans ce récit, tout n'est que bruit et fureur. L'ambiance fébrile et survoltée de ce début de révolution est très bien retranscrite, on s'imagine sans difficulté dans les rues de Paris, au milieu de la foule, à fixer cette forteresse écrasante qui refuse d'ouvrir ses portes. La plume d'Eric Vuilllard nous transporte d'un bout à l'autre de la Bastille pour nous faire vivre les évènements en temps réel, l'auteur nous place au plus près de l'action, sur les pas de tel ou tel personnage dont nous partageons les espoirs et les souffrances un court instant. L'écriture, faite d'accumulations de détails (des noms qui se suivent, des descriptions physiques, des inventaires, etc.) se lit pourtant très facilement : je n'aime pas trop les descriptions à rallonge et les énumérations sans fin, néanmoins je me suis laissée emportée par l'histoire et j'ai lu 14 juillet quasiment d'une traite, emportée par le rythme soutenu du récit.
 
 
 
 

3 commentaires:

  1. Ta critique me donne envie de lire le livre :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci L'antre littéraire :-) N'hésite pas à découvrir l'auteur, c'est le deuxième livre d'Eric Vuillard que je lis et j'aime beaucoup son style.

      Supprimer
  2. Il a l'air superbe, et jaime beaucoup les livres qui parle d'histoire. je vais l'ajouter à ma wishlist car il ma l'air très interessant !

    RépondreSupprimer