samedi 16 avril 2016

Pietra Viva, de Léonor de Récondo

Fiche technique :

Auteur : Léonor de Récondo
Lecteur : Lazare Herson-Macarel
Titre : Pietra Viva
Editeur : Sixtrid
Durée : 3h55
Date de parution : Juin 2015


Présentation éditeur :

Michelangelo, en ce printemps 1505, quitte Rome bouleversé. Il vient de découvrir sans vie le corps d'Andrea, le jeune moine dont la beauté lumineuse le fascinait. Il part choisir à Carrare les marbres du tombeau que le pape Jules II lui a commandé. Pendant six mois, cet artiste de trente ans déjà, à qui sa Pietà a valu gloire et renommée, va vivre au rythme de la carrière, sélectionnant les meilleurs blocs, les négociant, organisant leur transport. Sa capacité à discerner la moindre veine dans la montagne a tôt fait de lui gagner la confiance des tailleurs de pierre. Lors de ses soirées solitaires à l'auberge, avec pour seule compagnie le petit livre de Pétrarque que lui a offert Lorenzo de Medici et la bible d'Andrea, il ne cesse d'interroger le mystère de la mort du moine, tout à son désir impétueux de capturer dans la pierre sa beauté terrestre.
Au fil des jours, le sculpteur arrogant et tourmenté, que rien ne doit détourner de son œuvre, se laisse pourtant approcher : par ses compagnons les carriers, par la folie douce de Cavallino, mais aussi par Michele, un enfant de six ans dont la mère vient de mourir. La naïveté et l'affection du petit garçon feront resurgir les souvenirs les plus enfouis de Michelangelo.
Parce qu'enfin il s'abandonne à ses émotions, son séjour à Carrare, au cœur d'une nature exubérante, va marquer une transformation profonde dans son œuvre. Il retrouvera désormais ceux qu'il a aimés dans la matière vive du marbre...


Avis :

J'ai découvert la plume de Léonor de Récondo avec Pietra Viva que j'ai testé en version audio sur le site Audible. Ce fut une révélation ! Ce roman est un condensé de beauté et d'émotion qui m'a transportée dans l'Italie de la Renaissance dès les premières lignes.
 
Pietra Viva est une magnifique histoire d'amour et de mort, de solitude et de renaissance. Le deuil, les souvenirs effacés (volontairement ou non), le poids des secrets et des non-dits, le regard des autres... tous ces thèmes sont traités avec justesse et délicatesse. J'ai adoré le personnage torturé (et quelque peu antipathique) de Michelangelo et la manière dont le jeune Michele et le fantasque Cavallino l'obligent à s'ouvrir au monde qui l'entoure. Le style de l'auteur est agréablement travaillé, le roman est rythmé, tant au niveau des sonorités qui s'en dégagent que du déroulement de l'intrigue. Le texte est intelligent sans être inaccessible, on (re)découvre certains éléments du métier de carrier et de la vie quotidienne au XVIème siècle avec beaucoup d'intérêt.
 
En ce qui concerne la partie "audio" du roman, je dois dire que je suis tombée sous le charme de la voix du lecteur, Lazare Herson-Macarel. Celle-ci est tout simplement sublime ! Envoûtante, à la fois douce et puissante, elle colle parfaitement au texte auquel elle apporte une dimension supplémentaire. On ne lit plus l'histoire, on la vit à travers le personnage de Michelangelo. Du grand art !
 
 
 
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire