samedi 28 février 2015

Marchés contestés : quand le marché rencontre la morale, de Philippe Steiner et Marie Trespeuch (dir.)

Fiche technique :
 
Auteurs : Sébastien Roux, Sandrine Barrey, Caroline Frau, Henri Bergeron et Etienne Nouguez, Mathieu Trachman, Marie Trespeuch, Pauline Barraud de Lagerie et Emmanuel Kessous, Philippe Steiner, Pascale Trompette
Titre : Marchés contestés : quand le marché rencontre la morale
Editeur / Collection : Presses Universitaires du Mirail / Sciences Sociales - Socio-logiques
Nombre de pages : 342
Date de parution : Janvier 2015
 
 
Quatrième de couverture :
 
La mise en marché de produits moralement sensibles, comme ceux touchant à l’intimité des personnes, à leur intégrité, à la santé ou au maintien de l’ordre public, est l’objet de cette réflexion collective qui met en regard neuf cas de « marchés contestés ».
Certains de ces marchés contestés sont effectifs, comme dans le cas du tabac, de la pornographie, des jeux d’argent ou des défunts. Certains sont potentiels dans le sens où les poissons génétiquement modifiés, les données personnelles ou le cannabis sont à la recherche des moyens de rendre acceptables les transactions marchandes. D’autres, enfin, sont bannis car la marchandisation des enfants adoptés ou des organes humains reste moralement inacceptable.
La tension entre les principes marchands et moraux au cœur des marchés contestés est dans chaque contribution éclairée par l’identification des formes de la contestation morale et des dispositifs juridiques, fiscaux, sanitaires, éthiques, rendant possible ou au contraire irréalisable l’édification d’un marché. La prise en compte de « populations fragiles », qu’il s’agit de protéger du marché, mais aussi de protéger par le marché, émerge dans tous les chapitres comme un élément explicatif essentiel des avancées et des reculs des marchés contestés.
 
Philippe Steiner est professeur de sociologie à l’université Paris-Sorbonne, chercheur au GEMASS et membre de l’Institut universitaire de France.
Marie Trespeuch est socio-économiste au département de sciences sociales d’Orange Labs (SENSE) et chercheuse associée à l’IDHES-Cachan.
 
 
Avis :
 
J'ai reçu Marchés contestés : quand le marché rencontre la morale dans le cadre de l'opération Masse critique de Babelio ; je remercie Babelio ainsi que l'éditeur, les Presses Universitaires du Mirail, pour m'avoir envoyé ce titre qui a fait un heureux : mon fiancé, qui signe donc cette chronique (pas encore mariés, et je l'exploite déjà ! ).

Les « marchés contestés » sont des marchés qui font l’objet de réactions d’opposition de la part de groupes de pression ou d’une part importante de la société.
Cet ouvrage de sociologie est un recueil d’articles concernant chacun un marché considéré comme « contesté ». Chaque article remet dans leur contexte l’émergence ou la non-émergence de ces marchés, et explique l’évolution des législations. Et surtout, ils montrent tous comment émerge ce que les auteurs appellent les « populations fragiles », la première d’entre elle étant les enfants, les autres étant représentées par les toxicomanes, les personnes fragiles, les pauvres… jusqu’aux simples consommateurs. Certains articles ne s’intéressent qu’à la France alors que d’autres nous replacent dans un contexte plus large, européen et/ou mondial.
Le premier chapitre (chaque article est considéré comme un chapitre) est consacré à l’adoption, nationale et internationale. Le deuxième s’occupe du problème des animaux OGM avec le cas des saumons (« Frankenfish »). Dans le troisième, l’auteur explique comment la vente du tabac a fait l’objet d’une restriction de plus en plus contraignante, en rappelant comment les différents groupes d’intérêt ont réagi face à la politique des autorités françaises. Le chapitre suivant explique comment le commerce du cannabis reste encore confiné dans de nombreux pays à un marché parallèle, même si la politique vis-à-vis de cette drogue commence à évoluer (l’autorisation de vente sous certaines conditions est accordée dans certains états des Etats-Unis). Ensuite, le sociologue Mathieu Trachman s’intéresse à l’évolution de la législation et des classements des catégories de films par le CNC, en France, pendant une courte période (1975-1982), pour les films pornographiques. Le chapitre 6 est consacré au problème de la libéralisation des jeux d’argent en 2010, alors qu’auparavant seuls le PMU, la Française des Jeux et les casinos avaient accès à ce marché. L’étude suivante porte sur le problème très actuel des données personnelles que les internautes laissent sans en voir toujours conscience sur les sites ou chez leur FAI et comment elles peuvent être utilisées. L’avant dernier chapitre porte sur la vente ou le don d’organes dans le cas de donneurs vivants. Enfin, le dernier chapitre s’intéresse au marché de la mort et des funérailles ; il est celui qui embrasse l’étude chronologique la plus vaste (son étude commence sous l’ancien régime et remonte jusqu’à la situation actuelle).
En annexe, l’ouvrage contient une importante bibliographie ainsi qu’une présentation des auteurs et de leurs sujets de recherche.
Les différents articles apportent de nombreuses informations sur les origines sociologiques des contestations de la marchandisation de certains produits ou services, et sont tous très intéressants. Néanmoins, les articles n’ont pas tous la même facilité de lecture, notamment pour les lecteurs qui ont peu de connaissances en sociologie, comme moi. Plus qu’un ouvrage à lire d’une traite, le lecteur pourra s’en servir comme d'une bonne première approche dans la connaissance de certains domaines.



 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire