mercredi 7 octobre 2015

Zombie Ball, de Paolo Bacigalupi

Fiche technique :

Auteur : Paolo Bacigalupi
Traducteur : Sara Doke
Titre : Zombie Ball
Editeur : Au diable vauvert
Nombre de pages : 314
Date de parution : Juin 2014


Quatrième de couverture :

Rabi, Miguel et Joe jouent près de l'abattoir de la ville. Il s'en dégage une terrible puanteur.
Les adolescents mènent l'enquête et découvrent que l'alimentation toxique des vaches les transforme en zombies ! Les fast-foods de la région regorgent de burgers contaminés...


Avis :

Si on vous poursuivait en hurlant « Cerveaaaaaaaaaaau... » (version humaine) ou « Meeeuuuuuuuu ! » (version bovine), comment réagiriez-vous ? Pour Raby et ses amis, la réponse est simple : « Attrapez vos balles et vos battes, les mecs. On va jouer au zombie ball ! »
 
Zombie Ball est un sympathique roman d'horreur jeunesse qui devrait plaire aux adolescents friands d'aventures un peu - beaucoup ? - gores. Il y a de l'action, de l'humour potache, du sang, des viscères, du baseball, des parents absents, quelques références à l'univers geek (comics américains, jeux vidéos), le tout dans une ambiance d'entraide et d'amitié éternelle. On trouve également en toile de fond une intéressante réflexion sur le sort des travailleurs sans-papier et sur les conséquences du profit à tout prix.
Les héros du roman sont de jeunes adolescents de 13-14 ans sympathiques avec la tête sur les épaules (enfin la plupart du temps), qui n'ont pas toujours la vie facile. Le trio de héros se compose de Rabindranath (dit Rabi), plus fort en maths qu'en sport, Miguel, sans-papier dont la famille vient d'être expulsée au Mexique, et Joe qui vit avec un père alcoolique et violent et ne jure que par les comics. Leurs personnalités sont assez disparates  pour plaire au plus grand nombre.
L'histoire est ancrée dans la réalité quotidienne et bascule doucement dans l'horreur... si bien que l'on se dit que cela pourrait réellement se produire.
 
J'ai bien aimé ce roman qui se lit facilement et rapidement. Entre dégoût et rires, j'ai passé un bon moment alors qu'à la base je ne suis pas très fan d'apocalypse zombie. Et étrangement, j'ai trouvé les descriptions d'élevage et d'abattage des bovins plus effrayantes que l'apparition des zombies... De quoi rendre végétarien le plus convaincu des amateurs de viande saignante !
 
 
 
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire